A compter du 31 décembre 2018, le congé individuel de formation aura vécu. Il est remplacé par le dispositif appelé le projet de transition professionnelle (PTP), validé et financé par une nouvelle commission, la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR). Cette commission sera progressivement mise en place dans chaque région d’ici le 1er janvier 2020. Dans cette attente, les Opacif, dont les Fongecif, notamment, sont chargés de valider et financer les projets de transition professionnelle. Les congés individuels de formation accordés jusqu’au 31 décembre 2018 sont financés selon la réglementation en vigueur jusqu’au 31 décembre 2018 jusqu’à l’issue de la formation entreprise. 

La loi “Avenir professionnel”, portée par la ministre du Travail

  • La transmission :Tout d’abord on a connu la pédagogie de la transmission. Cette vision de l’apprentissage pensait qu’il était possible de transmettre tout simplement un discours à un élève ou un apprenant qui pouvait le comprendre s’il était énoncé clairement. Selon la façon de voir l’apprentissage, l’apprenant était plutôt passif et devait se contenter de comprendre les apprentissages qui lui étaient transmis en s’efforçant de reproduire ce qu’on lui avait appris.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Le rôle du formateur, c’était de transmettre son savoir. Les forces de ce courant étaient extrêmement rapides. Quant aux limites, c’est que si on n’a pas le même    bagage cognitif, la même façon de comprendre que la personne qui nous parle,  si on ne connaît pas très bien le sujet, on n’est pas capable d’apprendre.                 Il s’agit, concrètement, de tous les cours magistraux, la présentation de documentaires …plutôt statiques !
  • Le béhaviorisme :

          Ce courant cherche à modeler le comportement des apprenants. La conception béhavioriste fait appel à la mémoire implicite : il faut savoir avant de comprendre.                  Apprendre « par cœur ».    Le formateur montre et explique, l’apprenant observe et écoute pour ensuite reproduire.                                                                                          La réussite débouche sur une récompense. (bons points, images, bonnes notes …).

         L’inconvénient est que ce mode d’apprentissage ne laisse pas de place à la prise en compte de l’individu : le formateur transmet des contenus figés avec une                       méthode systématique. L’apprenant doit « ingurgiter » même s’il ne comprend pas. Sa capacité à apprendre, ses propres stratégies d’apprentissage et de                             mémorisation ne sont pas pris en compte.

 l’adulte réalise d’abord une expérience concrète, puis la met en perspective avec son référentiel propre, c’est-à-dire ce qu’il sait déjà.                                                             Par rapport à cela, il développe de nouveaux concepts et idées sur la situation donnée et les met à nouveau en pratique.                                                                                   Si ces tests sont concluants et que les quatre étapes ont été franchies, l’apprentissage est réussi.                                                                                                                            L'ANDRAGOGIE

Quand j’étais petit, j’adorais le cirque, et ce que j’aimais par-dessus tout, au cirque, c’étaient les animaux. L’éléphant en particulier me fascinait ; comme je l’appris par la suite, c’était l’animal préféré de tous les enfants. Pendant son numéro, l’énorme bête exhibait un poids, une taille et une force extraordinaires… Mais tout de suite après et jusqu’à la représentation suivante, l’éléphant restait toujours attaché à un petit pieu fiché en terre, par une chaîne qui retenait une de ses pattes prisonnière. Mais ce pieu n’était qu’un minuscule morceau de bois à peine enfoncé de quelques centimètres dans le sol. Et bien que la chaîne fût épaisse et résistante, il me semblait évident qu’un animal capable de déraciner un arbre devrait facilement pouvoir se libérer et s’en aller.

COM AND CO FORMATION - PLAN DU SITE - MENTIONS LÉGALES - Création du site internet par GreenBox

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans le but de se souvenir de vos préférences et recueillir des données statistiques. Pour en savoir plus cliquez ici.